Zoom

Current Zoom: 100%

Les mauvais raisonnements sur la maladie

La guérison divine est un miracle et comme tel on peut la recevoir simplement, comme un enfant, sans chercher à tout comprendre. Trop souvent, pourtant, nous ne croyons plus aux miracles car notre raisonnement est contraire au miraculeux et notre incrédulité devient un frein, aujourd’hui comme elle l’était au temps de Jésus.

Matthieu 13:58 Et il ne fit pas beaucoup de miracles dans ce lieu, à cause de leur incrédulité.

 

Nous sommes encore beaucoup trop influencées par des erreurs doctrinales qui nous viennent de la tradition souvent incrédule des hommes au lieu d’être conduits par ce qui est écrit dans la Bible de sorte que nous ne nous rendons même plus compte des absurdités auxquelles nous croyons.

Pour progresser et s’approcher des vérités bibliques il est bien de faire quelques réflexions:

 

Si Jésus est vivant et que je le voyais maintenant, serais-je capable de m’imaginer devant lui touchant le bord de son vêtement pour être guéri?

Pourquoi cela ne serait pas possible maintenant comme par le passé? Même si ne le vois pas je sais que je peux toucher son vêtement parce que je vis par la foi!

Hébreux 11:6 Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.

 

Si la maladie est une écharde dans la chair, que Dieu n’enlève pas, pourquoi nous essayons de l’enlever en prenant des médicaments?

Ou alors nous prenons les médicaments uniquement pour soulager la douleur et pas pour guérir? Mais si nous prenons les médicaments pour guérir, cela ne serait-ce pas lutter contre Dieu? Prendre un médicament ne serais pas l’empêcher de manifester Sa puissance?

2 Corinthiens 12:8-9 Trois fois j'ai prié le Seigneur de l'éloigner de moi, 9 et il m'a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.

 

Si la maladie est envoyée par Dieu pour nous faire comprendre quelque chose, qu'avons-nous appris jusqu’à ce jour?

Si nous croyons que la maladie est envoyée par Dieu pour nous faire comprendre quelque chose alors chaque malade devrait méditer avec ardeur la parole de Dieu, prier, jeuner et faire tout le nécessaire afin de comprendre ce que Dieu essaie de lui dire quand il est malade! Aller chez un médecin ou essayer de guérir avant d’avoir compris le message de Dieu serait comme si on essayait d’enlever ce que Dieu nous aurait mis pour nous faire réfléchir? Dans ce cas pourquoi se soigner sans résoudre la cause et comprendre la raison de la maladie? Les soins risquent d’être voués à l’échec car on serait dans une lutte contre Dieu!

 

Si Dieu guérit quand on observe toutes ses lois, devrions nous à nouveau vivre sous la loi, sans tenir compte du sacrifice de Jésus?

Est-ce que la simple obéissance aux commandements de Dieu et à toutes ses lois devrait nous rapporter la guérison et la santé?

Exode 15:26 Il dit: Si tu écoutes attentivement la voix de l'Éternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l'oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d'aucune des maladies dont j'ai frappé les Égyptiens; car je suis l'Éternel, qui te guérit.

Serions-nous encore sous la loi et plus sous la grâce? Dieu nous demanderait quelque chose d’impossible (observer toutes les lois) et ne serait plus celui qui guérit? Or il est aussi dit que le simple faite de s’attacher aux œuvres de la loi sans compter sur Jésus nous met sous une malédiction…

Galates 3:10 Car tous ceux qui s'attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.

En réalité nous sommes fils de Dieu et plus peuple de Dieu: nous avons une nouvelle identité d’enfants et de fils et la relation avec Dieu est conduite par l’amour et plus par la loi.

 

Si la maladie nous est donnée pour pas que nous soyons enflés d’orgueil, chaque malade serait orgueilleux?

En même temps chaque malade aurait une révélation excellente à nous partager ?

2 Corinthiens 12:7 Et pour que je ne sois pas enflé d'orgueil, à cause de l'excellence de ces révélations, il m'a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir.

Non, l’écharde dans la chair de Paul n’est pas une maladie mais des persécutions qui viennent de l’ennemi (voir l’article sur le sujet).

 

Si la maladie nous est donnée par Dieu, alors Dieu envoie un ange de satan sur ses enfants?

Et cela après leurs avoir fait des révélations excellentes?

2 Corinthiens 12:7 Et pour que je ne sois pas enflé d'orgueil, à cause de l'excellence de ces révélations, il m'a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir.

Dieu enverrait la maladie qui serait un ange de satan? Ou c’est satan qui persécute surtout ceux qui ont eu d’excellentes révélations de la part de Dieu?

 

Si Dieu envoie la maladie comme une punition sur ceux qui ne marchent pas selon ses instructions, peut-ton lui demander la guérison sans se repentir de sa mauvaise conduite?

Dans ce cas ce serait un peu comme dire que celui qui est malade n’est pas purifié par le sang de Jésus et donc ne serait pas sauvé? Donc, avant de demander la guérison, il faudrait se repentir de ses péchés et de ses mauvais comportements mais cela signifierait aussi que chaque personne qui se repent serait aussi guérie instantanément, les péchés partant avec la maladie …

Il est vrai qu’il n’est pas facile de marcher dans la lumière mais il ne sert à rien de culpabiliser pour cela: il suffit de reconnaitre son impuissance à faire le bien et confesser ses fautes: tous peuvent le faire.

1 Jean 1:9 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.

 

Si Jésus a pris sur lui, à la croix, la maladie et le péché, pourquoi Dieu enverrait encore la maladie sur ses enfants, sur ceux qui marchent dans la lumière?

Le prix serait payé pour le péché mais pas pour la maladie, en contradiction avec ce qui est écrit?

Matthieu 8:16-17 Le soir venu, on lui amena plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole et guérit tous les malades. Ainsi s'accomplit la parole du prophète Ésaïe: Il a pris nos infirmités et il s'est chargé de nos maladies.

1 Pierre 2:24 Lui qui a porté nos péchés en son corps sur le bois, afin que, morts à nos péchés, nous vivions pour la justice; lui dont la meurtrissure vous a guéris.

Spirituellement c’est déjà fait, on est guéris, car c’est celle-ci la volonté de Dieu mais c’est à nous de la faire se manifester sur terre, en commençant par croire dans la vérité. Le problème vient de nous et pas de Dieu: même Jésus n’a pas pu faire de miracles dans certains lieux à cause de l’incrédulité ambiante.

Sur la croix Jésus a payé le prix pour notre péché tout comme pour notre maladie: la maladie se voit mais le péché ne se voit pas. Comme nous avons foi d’être purifié de nos péchés quand nous les confessons, pareillement ayons foi que nous sommes guéris quand nous comptons sur Jésus, même si cela ne se voit pas tout de suite. Croyons avec foi, sans douter, et louons Dieu pour ce qu’Il va faire.

Jacques 1:6-8 Mais qu'il la demande avec foi, sans douter; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d'autre. 7 Qu'un tel homme ne s'imagine pas qu'il recevra quelque chose du Seigneur: 8 c'est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies.

 

Si nous avons droit uniquement à une guérison qui sera concrétisée dans la vie future mais pas maintenant, pourquoi prier encore pour la maladie et garder espoir?

Si nous croyions que Dieu a décidé qu’on devrait avoir la guérison uniquement spirituellement ou uniquement au paradis pourquoi devrions-nous prier, demander et espérer une amélioration sur cette terre? Nous n’aurions plus besoin de prier pour les malades mais nous devrions remercier pour ce qu’on aura dans le futur et ne plus prier pour le présent. Devant chaque malade il faudrait alors louer Dieu car la guérison va se manifester dans le paradis. Tout notre espoir se résumerait donc à mourir?

Mais alors ce serait un non-sens car la chair et le sang ne peuvent pas hériter le royaume des cieux:

1 Corinthiens 15:50 Ce que je dis, frères, c'est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n'hérite pas l'incorruptibilité.

Au ciel nous n’avons plus ce corps terrestre, soumis à la maladie donc la guérison est pour la période pendant laquelle nous avons ce corps corruptible.

 

Si les langues cesseront, si les miracles et les guérisons n’ont été d’utilité qu’à une certaine époque et sont finies, sommes-nous déjà dans le parfait?

1 Corinthiens 13:8-10 La charité ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. 9 Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, 10 mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra.

Tout d’abord les langues cesseront mais il n’est pas parlé que les miracles cesseront. Ensuite il est parlé que cela se passera quand ce qui est parfait sera venu, ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui. Il est logique que quand on sera au ciel, quand on vivra tous une vie surnaturelle, qu’à ce moment il n’y aura plus besoin de prophéties, de parler en langues, de connaissance, etc. mais qu’il restera uniquement l’amour.

Compris cela, il est clair que les miracles n’ont pas encore cessé et sont encore utiles maintenant que le parfait n’est pas encore venu.

 

Pourquoi demander à Dieu la guérison quand nous n’avons aucun exemple de prière à Dieu pour la guérison?

Les disciples et les apôtres ne priaient pas pour que le malade reçoive la guérison mais ils le guérissaient. Même Jésus ne demandait pas au Père de guérir les malades: il commandait à la maladie de partir et elle obéissait. Ensuite il dit que les signes qui accompagneront celui qui croit seront manifestés suite à une action, pas suite à une demande à Dieu.

Marc 16:17-18 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.

Ce verset est malheureusement trop souvent assimilé avec une compréhension totalement fausse, du style de ce qui suit: Voici les miracles qui accompagneront ceux qui seront choisis par Dieu: ils prieront le Père en mon nom et je chasserai les démons pour eux; ils prieront le Père et le Saint-Esprit les fera parler de nouvelles langues; ils prieront le Père et les serpents fuiront si c’est la volonté de Dieu; s'ils prieront le Père avant de boire quelque breuvage mortel, il ne leur fera peut-être point de mal; ils imposeront les mains aux malades occasionnellement, en priant le Père de les guérir et Jésus les guérira si c’est la volonté du Père.

Il est évident qu’il n’y a pas besoin de prier le Père et attendre pour que les signes se manifestent mais que c’est à ceux qui croient de faire le nécessaire, pas par leur force mais de la part de Jésus, au nom de Jésus, en ayant conscience de l’autorité qu’il nous a confiée, en étant au clair sur la volonté de Dieu, sans en douter. Il ne s’agit pas de prier et attendre que Dieu agisse mais rester en relation avec Dieu par Jésus-Christ et chasser, parler, guérir: les signes se manifesterons tout seuls, probablement pas tout de suite, mais si on persévère. Il est évident qu’on ne va pas commencer par essayer de boire le poison si on doute mais il n’y a rien de mal à fortifier sa foi par l’imposition des mains sur les malades et sur soi, bien au contraire.

 

 

Apprenons à changer notre manière de raisonner et prenons les bénédictions que Dieu veut nous donner simplement par la foi en Jésus: c’est lui notre médecin et c’est lui qui va nous indiquer comment faire pour être guéris, chaque circonstance étant différente et nécessitant une solution différente. Il suffit de considérer que Jésus n’avait pas une technique de guérison mais que sur terre déjà il guérissait chaque fois avec des modes opératoires différents: il voulait nous indiquer qu’il n’y a pas de manuel à suivre, des formules à apprendre mais il y a une dépendance à avoir de Celui qui est la constamment pour nous guider dans chaque circonstance.

 

On pourrait encore bien allonger la liste et approfondir d’autres pistes pour comprendre les mauvais raisonnements qui nous influencent par rapport à la maladie. S’il vous semble que je n’ai pas traité un point important il suffit de me l’indiquer en commentaire et je tacherai d’y répondre avec l’aide de Dieu mais la meilleure chose à faire est de se faire guider directement par le Saint-Esprit, chacun dans sa vie quotidienne. Pour ma part j’ai juste donné quelques pistes et cassé quelques mauvais résonnements selon ce que j’ai compris à ce jour sur le sujet mais je reconnais que j’ai encore beaucoup à apprendre et à mettre en pratique.

 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
2 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.