Zoom

Current Zoom: 100%

10. Apprendre à maitriser ses paroles

Chapitre DIX

Paroles vaines et propos insensés

 

«Les hommes rendront compte, au jour du jugement, de toute parole vaine qu’ils auront dite» (Matthieu 12:36)

Il n’est rien qui révèle plus rapidement et plus réellement le manque de spiritualité d’une personne que ses paroles vaines, ses plaisanteries, et ses propos insensés.

Un chrétien superficiel se discerne à son insouciance d’autrui, l’absence de fardeau pour les perdus, et, un incessant flot de paroles vaines et de plaisanteries

Bien qu’aux yeux de beaucoup ceci semble de peu d’importance, il est peu de maladies spirituelles qui soient plus contagieuses et plus nuisibles.

Dieu classe les propos insensés parmi les plus graves péchés:

«Que ni la débauche, ni aucune impureté, ni l’avarice ne soient même nommée parmi vous, comme il convient à des saints. Point de paroles déshonnêtes, point de bouffonneries frivoles, toutes choses qui sont malséantes, mais bien plutôt des actions de grâce» (Ephésiens 5:3-4)

Jésus Lui-même a déclaré:

«les mauvaises pensées, les impudicités, les vols, les meurtres, les adultères, la cupidité, la méchanceté, la fraude, la débauche, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, le dérèglement de l’esprit, toutes ces mauvaises passions sortent du dedans et souillent l’homme» (Marc 7:21-23)

Les propos insensés souillent donc l’homme, autant que la fornication.

Beaucoup ne voudraient jamais tuer ni voler, mais révèleront publiquement et sans honte, parfois même du haut de la chaire, qu’ils sont souillés au-dedans d’eux.

Je n’ai encore jamais rencontré un homme que Dieu utilise puissamment pour la délivrance des malades et des pécheurs, dont la bouche soit remplie de paroles vaines.

Certains prédicateurs, par des plaisanteries, savent provoquer le rire chez les auditeurs, mais au moment où il faut vraiment venir au secours d’un misérable ou quand un réel besoin se présente, ils en sont incapables ; parfois, ils essaient de ne pas laisser paraître leur caractère léger et prêchent sur des sujets profonds, mais l’accent de sincérité manque! la force de persuasion aussi! et ils sont comme l’airain qui résonne ou la cymbale qui retentit.

Cependant, je ne veux pas dire par là que les enfants de Dieu doivent montrer une «longue figure» et ne point avoir de joies. Les enfants de Dieu sont les plus heureux des hommes sur terre et Dieu ordonne «de se réjouir toujours». Il faudrait qu’ils fussent assez heureux pour chanter, frapper des mains, rire, danser, et même sauter de joie!

Voici quelques textes qui le prouvent:

«Vous tous, habitants de la terre, faites monter vos cris d’allégresse jusqu’à l’Eternel. Servez l’Eternel avec joie ; venez devant Lui avec des cris d’allégresse» (Psaume 100:1-2)

«Vous tous, peuples, battez des mains ; faites monter vers Dieu des cris de joie» (Psaume 47:2)

«Qu’ils louent Son Nom avec des danses ; qu’ils Le chantent avec le tambourin et la harpe» (Psaume 149:3)

«David sautait de toutes ses forces devant l’Éternel» (2 Samuel 6:14)

«Alors notre bouche remplit l’air de cris joyeux, et notre langue, de chants de triomphe. Alors on disait parmi les nations: l’Eternel a accompli pour eux de grandes choses» (Psaume 126:2-3)

«Réjouissez-vous en ce jour là, et tressaillez de joie» (Luc 6:23)

«La joie que donne l’Eternel, voilà notre force» (Néhémie 8:10)

Le chrétien qui n’a pas la joie, est un chrétien faible ; un pauvre représentant de la foi dont il se réclame, et il est assez probable qu’il sera bien vite un rétrograde et cherchera sa joie ailleurs.

C’est en se réjouissant dans le Seigneur que l’on trouve la joie qui rend fort, et non en se réjouissant de sa propre force.

Il est écrit dans Jacques 4:16: «Votre orgueil éclate dans vos paroles présomptueuses! Or, toute vanterie de ce genre est mauvaise.»

Beaucoup de ceux qui sont coupables de ce péché, qui profèrent des propos insensés, des paroles vaines et inutile, me taxeront de fanatique et chercheront à excuser leur «péché mignon».

Ils affirmeront que c’est une erreur de prendre les choses trop sérieusement. Mais ne trouveront pas de base biblique à leur affirmation.

Le sauvetage des perdus et la délivrance des maladies sont une affaire sérieuse qui demande les cœur et l’esprit tout entiers de celui qui s’y consacre.

Certains s’accordent le droit de parler trop et selon leur fantaisie ; ils préfèrent leur plaisanterie et leurs bouffonneries à la manifestation de la puissance de Dieu dans leur vie.

Si c’est votre cas, Dieu devra se passer de vous.

Car Dieu a choisi d’agir par la parole de Ses représentants dans le monde.

Quand Jésus était sur la terre, Il dit à Ses disciples:

«Les Paroles que je vous ai dites sont ESPRIT et VIE» (Jean 6:63). Que sont vos paroles?

Certains disent que la plaisanterie les aide à oublier leurs soucis. Jésus, Lui, a oublié ses soucis en soulageant ceux des autres…

Jacques compare les paroles qui sortent de nos bouches à l’eau qui coule d’une fontaine (voyez Jacques 3:10-11). Il insiste sur le fait qu’une fontaine doit toujours donner la même qualité d’eau, non pas de temps en temps de l’eau douce et parfois de l’eau amère. Et il ajoute: «Y a t-il parmi vous quelque homme sage et intelligent? Qu’il montre par sa bonne conduite qu’ une sagesse pleine de douceur inspire ses œuvres» (Jacques 3:13)

 «Qu’aucune mauvaise parole ne sorte de votre bouche ; mais, s’il y a lieu, dites quelque bonne parole qui serve à l’édification» (Ephésiens 4:29)

Les paroles qui ne servent pas à l’édification sont vaines! ( inutiles, vides et sans profit ) Ce sont des paroles perdues. Dieu a donné à la parole du croyant de l’autorité et de la puissance ; de ce fait, Il la rend précieuse. Or, les choses précieuses ne doivent pas se perdre!

Jésus a dit: «Quiconque ( c’est-à-dire «vous!» ) dira à cette montagne: soulève-toi et jette-toi dans la mer, s’il ne doute pas dans son cœur, mais s’il croit que ce qu’il DIT s’accomplira, cela lui sera accordé» (Marc 11:23)

Ainsi nous avons le pouvoir de parler avec autorité, même à des choses inanimées.

C’est de cette autorité dont s’est servi Jésus lorsqu’il parla au vent et à la mer, et que la tempête

s’apaisa (Marc 4:39). C’est encore elle que Moïse utilisa quant il parla au rocher dans le désert et que l’eau jaillit (Nombres 20:8). Josué employa le même pouvoir lorsqu’il commanda au soleil et à la lune de s’arrêter dans leur course (Josué 10:12-13).

Jésus fit la démonstration de cette puissance quand Il parla au figuier, disant: «Que jamais personne ne mange de ton fruit» ( Marc 11.24 ) Il dit à l’arbre de sécher et l’arbre sécha.

C’est à cette occasion qu’Il délégua expressément ce même pouvoir et cette autorité à QUICONQUE CROIRAIT.

C’est aux hommes dont les paroles peuvent avoir une pareille puissance, puissance libératrice à l’égard de l’ennemi, puissance de salut pour l’âme ou de guérison pour le corps ; c’est à eux que Jésus a dit que les paroles INUTILES et VAINES seraient jugées!

Des paroles qui auraient dû être du pain pour les affamés, mais qui, en réalité, ne sont que de la paille!

En fait cela équivaut à empêcher la source d’eau vive de couler en face d’un monde qui meurt de soif ou à offrir des pierres au lieu de pain aux âmes affamées.

A la place d’une source pure, c’est un fleuve d’écume qui est, sinon du poison, du moins peu attrayant et qui ne désaltère point!

Qu’aurez-vous à dire au Juge en ce grand jour où nos actions et nos PAROLES seront jugées d’après la Parole de Dieu qui dit: «Si quelqu’un parle, que ce soit comme annonçant les oracles -paroles- de Dieu» (1 Pierre 4:11)

Ceux qui n’admettent pas cela, font penser à ces jeunes filles ( vues en vision par un serviteur de Dieu ) qui étaient trop occupées à faire des bouquets de marguerites pour penser à avertir des gens qui s’avançaient vers un précipice et où ils disparaissaient l’un après l’autre.

Un tel esprit est bien différent de celui de Christ qui avait COMPASSION des multitudes…

Je ne prétends pourtant pas qu’il faille bannir l’humour de la conversation entre chrétiens ou même de la prédication. Nos paroles et nos sermons peuvent être pleins d’humour et pourtant sanctifiés. Souvent un brin d’esprit illustrant une idée aide à capter l’attention des auditeurs et à faire comprendre le message de l’Evangile, de telle sorte que les âmes se tournent vers Dieu.

Utilisée de cette façon, la plaisanterie n’est pas vaine ou inutile.

Si tant de chrétiens prononcent beaucoup de paroles vaines, c’est parce qu’ils parlent tellement qu’ils n’ont pas le temps de réfléchir ni d’entendre la voix de Dieu. Les paroles viennent si facilement et l’on dit tant de banalités!

L’esprit de l’époque est orienté vers la légèreté, et il devient toujours plus difficile de penser sérieusement, aussi bien pour l’enfant de Dieu que pour le pécheur.

On entend souvent cette phrase typique à cet égard: «Ne prenez pas la vie trop au sérieux ; de toute façon vous n’en sortirez jamais vivant»

Dans ce temps où nous vivons, cela demande un réel effort que «d’être tranquille» et de se tenir devant Dieu assez longtemps pour qu’Il nous donne des paroles de puissance à prononcer.

Mais l’homme sage le fera.

«L’homme qui mesure ses paroles a la vraie connaissance» (Proverbes 17:27)

«Où il y a beaucoup de paroles, le péché ne manque pas» (Proverbes 10:19)

«La surabondance des paroles donne naissance à des propos insensés» (Ecclésiaste 5:3)

La sainteté est nécessaire à la puissance, comme je l’ai déjà démontré dans les chapitres précédents.

Et la sainteté n’est pas parfaite si elle n’a pas pris possession ( maîtrise ) aussi de la langue.

«De même que Celui qui vous a appelé est Saint, vous aussi, soyez saints dans toute votre conduite» (1 Pierre 1:15)

Je vous en supplie, frères, par pitié pour ceux qui souffrent et pour les perdus qui n’auront jamais de délivrance si vous n’ETES PAS PRETS A LEUR APPORTER, examinez cette question dans la prière et consacrez-vous de nouveau à Dieu.

Présentez-Lui VOTRE CORPS comme un sacrifice vivant et souvenez-vous que ceci implique VOTRE LANGUE, VOS LEVRES, VOTRE VOIX.

«Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce et assaisonnée de sel» (Colossiens 4:6)

«Garde le dépôt qui t’a été confié ( le pouvoir de parler à la place de Dieu et d’apporter la délivrance ) ; évite les discours profanes ( pas saints ) et vains ( vides, sans valeur )» (Timothée 6:20)

Que tous ceux qui liront ce livre placent tout sur l’autel et se chargent du fardeau des malheureux et des perdus; qu’ils abandonnent TOUT ce qui empêcherait la puissance de Dieu d’agir dans leur vie ; telle est ma prière.

Dieu peut se passer de vous, mais si vous voulez marcher avec Dieu, il vous faut suivre Son chemin.

Sortez de l’eau stagnante, et jetez-vous dans le fleuve de Sa puissance.

Les PROMESSES sont pour vous, si vous voulez y croire ; remplir les conditions

et… en PAYER le PRIX.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
6 + 7 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.